Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 00:58
FAVL : Réunion Publique à Aouze

5 communes des Vosges s'étaient portées candidates suite à l'appel de l'andra qui recherche un nouveau site pour « accueillir » des déchets radioactifs dit « FAVL »


Il s'agit d'Aouze, Grand,Freville, Rouvres-en-Xaintois et Soulosse sous St Elophe.


Aprés celui de Fréville le mois dernier, le conseil municipal de Rouvres-en-Xaintois vient de changer sa position en procédant à un nouveau vote mardi soir.

Nous félicitons le conseil municipal de Rouvres-en-Xaintois et les habitants pour leur mobilisation, qui ont permit que cette sage décision ait pu être prise.


Une manifestation unitaire a eu lieu le 27 septembre à Neufchâteau qui a rassemblé plus de 150 personnes.


Nous demandons qu'une information concrète et impartiale soit donnée aux habitants concernés afin qu'un débat équitable puisse être engagé avant une consultation de la population sous une forme de référendum.

Nous interviendrons le 25 novembre à Aouze pour dénoncer ce projet de l'andra, pour informer les citoyens sur les dangers que représentent ces déchets radioactifs, et que leurs conseillers municipaux peuvent encore changer d'avis.


Rendez vous le 25 novembre à 20h30, salle municipale sous l'église



Groupe Vosges anti-nucléaire.

Contact : 06 72 55 56 96

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 23:39

Bonsoir,

 Rouvres a voté à bulletin secret hier soir (mardi 18 novembre) dans une réunion municipale avec 1 seul point à l'ordre du jour : la candidature au projet FAVL de l'andra et le résultats est de 6 voix contre et  4 pour, Cette commune n'est donc plus candidate au projet FAVL !!!

Réunion le mardi 25 à Aouze pour témoigner qu'un changement de d'avis du conseil municipal est possible et que nous devons l'encourager.

A bientôt
Stéphane
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 10:39

Le 25 novembre à 20h30  à Aouze : Réunion d'information contradictoire FA-VL dans la salle communale sous l'église .

 

Une autre réunion aura lieu à Rouvres en Xaintois mais la date n'est pas encore fixée. ( Annulée : cette commune n'est plus candidate !! tant mieux !! )

 

Mardi 9 décembre à 20h30  à Darnieulles : Réunion débat " effet de serre / nucléaire " à la salle polyvalente.

 

Le 22 novembre à 14 H 30 à Hennezel :  AG de Vosges Ecologie : Visite d' Ecolonie, centre permanent d'écologie appliquée. Point de rassemblement: la résidence à Clairey.

De 16 heures à 19 heures: Assemblée Générale :discussion des rapports et débats.

A la suite de l'A.G, nous vous proposons un repas campagnard.  (12 euros, boisson comprise)

 

Le 22 novembre concert à Saint Hélène.

 

Le 28 novembre à Saint Etienne les Remiremont : Conférence 20h30: Santé et Environnement  à la , salle polyvalente, nous tiendrons une table d’informations

 

Procès le 7 janvier à CAEN suite à l'action de blocage d'un train de déchets nucléaires. (article)

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 14:32
Enfouissement des déchets nucléaires : le Réseau "Sortir du nucléaire" publie une liste de 25 communes candidates et relaie la mobilisation citoyenne
 - ces communes sont toutes situées dans l'Est, zone déjà "colonisée" par les déchets radioactifs
 - dans les communes où une consultation populaire a eu lieu, le projet a été largement rejeté
- plus de 3000 communes ont refusé les déchets nucléaires malgré les fortes subventions promises
 - des mobilisations citoyennes sont en préparation pour s'opposer à l'enfouissement des déchets

 ---------------------
Voir cartes ICI
 ---------------------

Le Réseau "Sortir du nucléaire" publie une liste de 25 communes dont les élus, qui avaient jusqu'au 31 octobre pour se prononcer, se sont portés candidats auprès de l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) : il s'agit de recevoir un site d'enfouissement de déchets nucléaires... ainsi que les fortes subventions débloquées par l'Etat pour susciter des candidatures. Le Réseau "Sortir du nucléaire" et ses associations adhérentes ont suivi de près les procédures dans les communes concernées, mais il n'est cependant pas exclu que d'autres maires aient discrètement fait acte de candidature.
 
Alors que l'Andra avait sollicité 3115 maires dans diverses régions, la quasi totalité a refusé les déchets nucléaires malgré la perspective de recevoir de très fortes subventions. De plus, on s'aperçoit que les rares candidats sont situés dans la même zone, à cheval sur les départements de l'Aube (10), de la Haute-Marne (52), de la Meuse (55) et des Vosges (88). Cette zone, qui comprend déjà deux sites de stockage de déchets radioactifs (à Morvilliers et Soulaines, dans l'Aube), un projet d'enfouissement profond des déchets les plus dangereux (à Bure, dans la Meuse) et un projet de centre de tri, reconditionnement et stockage de déchets dits "de très faible radioactivité" (entreprise DAHER, à Epothémont, dans l'Aube), semble avoir été désignée par l'Etat comme la "poubelle nucléaire" de la France.

Il apparaît que des élus ont été abusés par la stratégie insidieuse de l'Andra :
- le dossier de l'Andra donne l'exemple de la "dotation " de 5,6 millions d'euros qui a accompagné l'implantation d'un site dans l'Aube, laissant implicitement croire qu'une somme équivalente pourrait être à nouveau versée... alors qu'aucun chiffre officiel n'a été avancé.
- il a été promis aux candidats qu'un Débat public, sous l'égide de la Commission nationale du Débat public (CNDP), sera organisé avant toute décision définitive. Mais, lors du Débat public de 2005 organisé par la CNDP sur l'ensemble de la question des déchets nucléaires, l'option de l'enfouissement avait clairement été écartée... ce qui n'a pas empêché le pouvoir d'imposer cette option. Il est donc avéré qu'un Débat public n'apporte absolument aucune garantie.

 Par contre, lorsqu'ils ont été consultés, les citoyens n'ont pas été abusés par l'Andra. Citons entres autres Ville-en-Woëvre et Tréveray, en Meuse, où la population s'est prononcée contre le projet respectivement à 71,7% et 87,8%.

Il apparaît donc clairement que, contrairement à un certain nombre d'élus, les citoyens ne sont pas prêts à se laisser acheter et font preuve de dignité et de courage. De fortes mobilisations sont en préparation pour empêcher le véritable crime que constitue l'enfouissement des déchets nucléaires. D'ores et déjà, le Réseau "Sortir du nucléaire" diffuse sur son site web (*) les coordonnées des municipalités candidates, afin que les citoyens puissent exiger des consultations municipales.

Il est par ailleurs nécessaire que se mobilisent aussi les habitants des communes voisines des communes candidates : la grave dévalorisation du territoire sacrifié ne s'arrêterait évidemment pas aux limites de la commune où serait implanté le site d'enfouissement. Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle l'opinion publique, qui refuse frontalement les déchets nucléaires, à tirer les conséquences de cette position fort justifiée : il faut remettre en cause la production des déchets radioactifs, et donc l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins civiles et militaires, et préférer les économies d'énergie et le développement des énergies renouvelables.

 Liste de 25 communes dont les élus se sont portés candidats
(Cette liste est tenue à jour sur le site web http://www.sortirdunucleaire.org)
NB : aucune consultation populaire n'a été organisée dans ces communes !

Aube - Dix candidatures : Saint-Léger-sous-Brienne, Brienne-le-Château, Petit-Mesnil, Juzanvigny, Hampigny, Morvilliers, Pars-lès-Chavanges, Auxon, Radonvilliers, Epothémont.
 Haute-Marne - Sept candidatures : Saint-Blin-Sémilly, Roches-Bettaincourt, Rimaucourt, Bricon, Doulaincourt-Saucourt, Semoutiers-Montsaon, Foulain.
Meuse - Quatre candidatures : Gondrecourt-le-Château, Chassey-Beaupré, Billy-sous-Mangiennes, Montigny-lès-Vaucouleurs.
Vosges - Quatre candidatures : Rouvres-en-Xaintois, Grand, Aouze, Soulosse sous Saint Elophe.

 (*) http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=dossiers&soussousmenu=alerte-dechets&page=14
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 10:30

Liste des communes dont les élus se sont portés candidats

 
Aube (10) - 7 communes candidates : Saint-Léger-sous-Brienne, Brienne-le-Château, Petit-Mesnil, Juzanvigny, Hampigny, Morvilliers, Pars-lès-Chavanges,
Haute-Marne (52) - 7 communes candidates : Saint-Blin-Sémilly, Roches-Bettaincourt, Rimaucourt, Bricon, Doulaincourt-Saucourt, Semoutiers-Montsaon, Foulain
Meuse (55) - 4 communes candidates : Gondrecourt-le-Château, Chassey-Beaupré, Billy-sous-Mangiennes, Montigny les Vaucouleurs
Vosges (88) - 4 communes candidates : Rouvres-en-Xaintois, Grand, Aouze, Soulosse sous Saint Elophe
 
http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=dossiers&soussousmenu=alerte-dechets&page=14

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 10:27
Stockage de déchets nucléaires : 24 communes intéressées dans l'est
 
AFP - 03.11.08 - Une vingtaine de communes se sont déclarées favorables à l'accueil d'un site de déchets radioactifs de "faible activité à vie longue" (FAVL) dans l'Est de la France, mais aucune en Alsace, selon l'association antinucléaire Stop Transports - Halte au Nucléaire. Selon Rémi Verdet, président de cette association et porte-parole de la fédération Sortir du Nucléaire, 104 communes du Bas-Rhin, dont les sous-sols argileux sont potentiellement favorables à l'implantation d'un tel site, ont été sollicitées à cet effet par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Contactées une à une par téléphone, les communes alsaciennes, regroupées dans cinq cantons bas-rhinois, ont soit répondu "non", soit n'ont pas répondu du tout, estimant n'être pas concernées, a indiqué lundi Rémi Verdet lors d'une conférence de presse à Strasbourg. Leurs arguments sont variés: on ne veut pas de poubelle nucléaire chez nous, on a d'autres priorités, c'est un argument défavorable au tourisme, ou bien l'incident du Tricastin a fait une publicité négative, selon l'association. L'Andra, contactée récemment par l'association, a indiqué que dans l'Est (Champagne-Ardennes, Lorraine, Alsace), entre 20 et 30 communes ont donné leur accord pour que des forages soient effectués sur leur territoire afin de vérifier la faisabilité de l'implantation d'un centre qui sera construit entre 2015 et 2019. Selon les informations recueillies par Stop Transports - Halte au Nucléaire, 24 communes ont dit oui dans l'Est: sept dans l'Aube, sept en Haute-Marne, quatre dans les Vosges, trois dans la Meuse, ainsi qu'une dans l'Indre, dans le Cher et dans la Marne. A la mi-juin, l'Andra a lancé un appel à candidature auprès de 3.115 communes dans 20 départements, tout en refusant de publier la liste des communes contactées. Selon Stop Transports, les déchets radioactifs (chlore-36, plutonium-239 et radium) enfouis dans le futur site de stockage seront nocifs pendant des millénaires et pollueront tôt ou tard l'air et l'eau, tel le radon-222 ou les déchets de graphites "fortement contaminés en plutonium-239".
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 23:45

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 23:25
Leroy a dérapé, il doit démissionner



Lors de l’émission télévisée « La voix est libre » diffusée sur France3, samedi 27 septembre 2008, le sénateur de Moselle et président du Conseil Général 57, Philippe Leroy, répondait à une question sur l’éventualité d’enfouissement de déchets nucléaires en Moselle.
Il a tenu les propos suivants :
: « Vous savez, on est embêté aussi avec les populations de gitans, personne n’en veut. » Puis : « On est embêté avec les politiques de traitement de déchets ménagers, personne n’en veut. Et pourtant, le civisme, pour tout le monde, c’est de savoir que nous avons à accueillir, sur nos territoires, des populations difficiles, des logements sociaux dans des quartiers protégés, les déchets nucléaires, les déchets industriels et ménagers, ... nous avons cette responsabilité collective d’accueillir ... » Voir sur le site : http://videos.sortirdunucleaire.org/spip.php?article128

Pour signer : http://www.petitionduweb.com/voirpetition.php?petition=2589

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 16:43

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 830 associations
Communiqué du jeudi 2 octobre 2008 - Contact : 06.64.100.333


Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande la
démission de Philippe Leroy, Sénateur et
Président du Conseil général de la Moselle

M. Leroy a comparé les Gitans aux déchets radioactifs
pour justifier un projets de stockage de ces derniers

 

 

Voir l'extrait vidéo

(Cliquer sur samedi 27 septembre, avancer le curseur à 5min35) :
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b54a_1214part1&video_number=4
ou sur http://videos.sortirdunucleaire.org/spip.php?article119

 

 

Interviewé samedi 27 septembre dans le 12/13 de France3 Lorraine, M Philippe Leroy, Sénateur et Président du Conseil général de la Moselle, a promu de bien curieuse manière la "nécessité" d'un site d'enfouissement des déchets radioactifs.
 
C'est ainsi que, à propos des déchets nucléaires, M. Leroy a affirmé "On est embêté aussi avec les populations de Gitans" et a ajouté "Nous avons à accueillir, sur nos territoires, des populations difficiles, des logements sociaux, les déchets nucléaires, etc"

Le Réseau "Sortir du nucléaire",  qui est mobilisé sur des valeurs éthiques et humanistes, se déclare profondément choqué par ces propos : il n'y a aucune comparaison possible entre les déchets radioactifs, qui sont de véritables horreurs environnementales, et des êtres humains quels qu'ils soient.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", il n'est pas si étonnant que des propos aussi choquants soient tenus par quelqu'un qui se déclare favorable à l'enfouissement des déchets radioactifs : stigmatiser des êtres qui vivent aujourd'hui est finalement cohérent avec le fait de léguer aux générations future un piège radioactif.

Il apparait que, après avoir tenu des propos aussi indignes, M Leroy devrait démissionner de tous ses mandats et éventuellement être condamné à des travaux d'intérêt général

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 09:44
La Liberté de l'Est  (Vosges)        30.09.08
 
Qui veut gagner des millions ?
Grand, Fréville et Aouze se sont portées candidates pour accueillir la future décharge nucléaire. La commune sélectionnée touchera le pactole. Les anti-nucléaires font tout pour saborder le projet (manifestation à Neufchâteau samedi dernier)
Pourquoi Grand s'est positionnée pour accueillir le futur centre de stockage de déchets nucléaires ?
"Quand j'ai pris la mairie, je me suis fixé une mission : enrayer le déclin du village. L'industrie du bois connaît le même sort que la sidérurgie. Grand est touché de plein fouet. Entre les deux recensements, la population de Grand a baissé de 10 %. Aujourd'hui, on ne compte que 460 habitants. Notre école ne compte que 51 élèves. Si l'érosion se poursuit, l'inspection académique pourrait décider de fermer l'établissement scolaire. Il est de mon devoir de répondre favorablement aux industriels qui souhaitent s'installer chez nous."
L'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) ne peut pas vraiment être considérée comme un groupe industriel comme les autres... "
Certains maires du département se vantent d'avoir jeté directement à la poubelle le dossier de l'Andra concernant le centre d'enfouissement de déchets nucléaires. Je trouve cette attitude complètement irresponsable. On ne peut se lancer la patate chaude indéfiniment, les déchets, il faut bien les stocker quelque part !"
Pour l'attrait du site gallo-romain, ce n'est pas un peu contre-productif ? "
Le site gallo-romain est géré par le Conseil général. Il accueille, chaque année, pas moins de 25 000 visiteurs. Pourtant, les retombées financières pour les habitants sont quasiment nulles (*)."
Dans l'hypothèse où l'ANDRA choisit Grand, qu'ont à gagner vos administrés ?
"J'ai rencontré Jean-Paul Baillet, le secrétaire général de l'ANDRA. Nous n'avons pas évoqué précisément ce que cela va rapporter à la commune. Mais on peut imaginer que le village touchera plusieurs millions d'euros et une centaine d'emplois pourraient être créés."
Si la population de Grand s'oppose au projet, êtes-vous prêt à tout arrêter ? "Si à la fin du processus de sélection, la commune est choisie par l'Andra, j'organiserais un référendum au sein de la commune. Si la majorité des habitants refuse que le centre s'implante ici, le conseil se pliera à leur volonté." (*)
Dommages collatéraux
Il y a quelques jours, Chantal Bertaux hésitait encore. La conseillère municipale de l'opposition s'est enfin décidée. Elle a été visité le centre de Bure : "Le même jour, le collectif anti-nucléaire tenait une réunion à Neufchâteau, j'aurais voulu y assister. Mais par honnêteté intellectuelle, je me devais d'aller à Bure pour mieux comprendre ce que l'ANDRA nous propose même si je me méfie d'eux."
Mais pour Chantal Bertaux, le mal est déjà fait : " La nouvelle de la candidature de Grand pour accueillir le centre d'enfouissement de déchets nucléaires s'est répandue comme une traînée de poudre. L'image du site gallo-romain va forcément en pâtir. Je reçois des coups de téléphone de personnes qui se disent choquées que l'on puisse implanter une décharge nucléaire à proximité d'un site aussi exceptionnel." Un véritable crève-coeur pour cette ancienne archéologue, spécialiste de l'Antiquité, qui a donné quarante ans de sa vie au site gallo-romain : "Je pense qu'il y a d'autres moyens de relancer l'activité économique. Grand était le "Lourdes" de la Gaule. Il faut s'appuyer sur cette richesse patrimoniale pour développer le tourisme local."
Chantal Bertaux s'inquiète aussi des conséquences sur l'environnement de l'implantation du centre de déchets nucléaires : "Je ne comprends pas comment l'ANDRA a pu présélectionner la commune de Grand. Elle est située sur un plateau calcaire truffé de galeries souterraines où l'eau s'écoule. Comment être sûr que les déchets nucléaires ne seront pas au contact avec l'eau du sous-sol ?
--------------------------------------------
La Liberté de l'Est  (Vosges)        30.09.08
Fréville : le conseil est pour le maire est contre !
158 communes du département ont été contactées par l'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), parmi celles-ci la commune de Fréville.
Après un vote, le conseil municipal du village a déposé sa candidature pour accueillir le centre d'enfouissement de déchets nucléaires. Gérard Tollot, le maire était contre mais la plupart des autres membres du conseil ont été séduits par les charmes "sonnants et trébuchants" de l'ANDRA. (7 voix pour, 3 voix contre, 1 absent).
Le premier magistrat du village s'est plié au choix de la majorité mais conserve sa liberté de parole : "Je préfère habiter près d'un centre de stockage de déchets nucléaires que d'une centrale, cela me parait moins dangereux. Je n'ai donc pas d'à priori contre l'ANDRA. Le problème est ailleurs. Si le centre est construit ici, il ponctionnera 120 ha de superficie. Soit la moitié de la surface de la commune en retirant les espaces boisés. D'après ce que j'en sais, il n'y a que 60 ha qui seront disponibles. Je ne vois pas comment l'ANDRA pourrait résoudre le problème. A moins bien-sûr d'empiéter sur la commune de Liffol-le-Grand."
Partager cet article
Repost0